Incantations/crédos

Pensum spinoziste

Dieu n’est pas hors du monde : Dieu est Nature, Substance infinie, produit de sa propre création.

La Nature est tout ce qui existe, dans l’infini des possibilités.

La Nature est constituée de deux attributs perceptibles par l’homme : l’étendue et la pensée.

La Joie permet d’approcher la Liberté, la Tristesse en éloigne.

L’Idée existe non seulement en tant que descriptive de l’objet, mais aussi en tant qu’elle-même : elle est sa propre Vérité, sa propre perfection.

L’affect est l’apport d’un objet ou d’un sentiment à l’individu : il est bon (et apporte la Joie) ou mauvais (et apporte la Tristesse).

Le bien et le mal n’existe pas : Dieu ne pense pas, il est.

La morale est humaine. La Nature ne connaît que le bon ou le mauvais, relativement à un sujet et à une situation donnée.

La Nature est éternelle, par ce qu’elle est, et chacun de ses composants conséquemment.

Un objet est par essence constitué de l’infinité des attributs de la Nature, indissociables les uns des autres.

Le corps et l’esprit sont parallèles entre eux, conséquemment à tous les attributs d’un même objet, en tant que mode de l’Etendue et mode de la Pensée de l’humain.

L’homme libre naîtra au sud, viendra du nord, se nourrira à l’est, et montrera le chemin aux sages qui l’auront attendu. Ce non-messie viendra un jour car c'est statistiquement inévitable.

L’homme ne peut se définir par lui-même : il est ce que l’affect extérieur fait de lui. L’homme libre choisit les affects auxquels il se livre pour améliorer son conatus, sa puissance de vie.

La liberté d’être ce que l’on est provoque la joie, à condition de n’être pas entouré d’esclaves : le spinoziste aime la liberté des autres autant que la sienne.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site