Funérailles

FUNÉRAILLES OU CÉRÉMONIE DE TRANSFORMATION

Le rituel spinoziste des funérailles est dirigé par un Admor avec l'aide d'un Juste.

L'Admor prononce toutes les bénédictions, hymnes, sentences, démonstrations... Il est maître de la parole. C'est lui aussi qui décide après chacune de ses paroles de l'intervention du Juste.

Le Juste est en charge des corps et de l'entièreté de leurs prises en charge. Il fait acte de présence lors de la cérémonie et veille à ce que l'Admor puisse officier dans les meilleures conditions possibles. Lors de leurs interventions après que l'Admor a explicitement demandé l'intervention du Juste, ce dernier peut ponctuer chaque geste par l'indication de ce qu'il va faire (toilette) et rappeler les règles à respecter par chacun y compris lui-même. Il est maître de l'action.


AGONIE.

Tout spinoziste est en droit de demander un accompagnement dans la mort à un Admor. L'agonisant est défini comme "la feuille vacillante prête à s'envoler".

On encourage les agonisants conscients à préciser leurs dernières volontés (orales) qui ont la même validité qu'un testament écrit (présence obligatoire d'un Juste), pour autant qu'elles n'enfreignent pas la loi spinoziste, selon le principe qu'"on ne peut décréter sur ce qui ne nous appartient pas".

Un agonisant peut en revanche demander qu'une éloge funèbre ne soit pas prononcée, qu'untel livre revienne à ses enfants ou à la communauté contrairement à ce qui avait été dit, etc.

L'agonie est également le moment des dernières recommandations à la famille.

Lorsqu'on sent l'instant de la mort approcher, l'Admor prononce distinctement les bénédictions :
1/ Bénédiction de l'Eau > "L'Immanent Est. Depuis toujours Il a été et Il sera à jamais. Il n'a ni commencement, ni fin."
2/ Bénédiction de la Terre > "C'est l'Immanent qui est Dieu. Dieu est Nature et Substance de toute chose. Il est l'étendue à l'infini de l'infini..."
3/ Bénédiction du Feu > "Ecoutez fils de Spinoza, écoutez donc Ignorants et Sages, Il Est Dieu, Il Est Un, Il est Eternel et l'Esprit à l'Infini... Ou que tes yeux se tournent tu le vois... Car Il est de toute chose l'Unité !"

Lors du constat de décès établi par un Juste :
4/ Bénédiction du Souffle > Loué sois-Tu, "Nom de la personne", Il est en Toi, Il est hors de Toi, en ta finitude tu étais en tout temps, en tout lieu, dans l'Infini et l'Eternité... Par ton souffle unique, tu es tous les souffles !

Dans le cas où la personne est décédée avant qu'un accompagnement n'ait pu être fait, il sera procédé aux bénédictions précédente les unes après les autres.


PURIFICATION.

- Le corps est entièrement débarrassé de toute poussière, des fluides corporels et d'autres souillures sur la peau à l'aide d'un linge blanc.
- La purification est un acte d'honneur à la personne décédée, il n'y a pas d'interruption, on respecte strictement le corps en tant que personne comme si elle était vivante, on évite même de le découvrir sauf brièvement pour le laver. Il ne s'agit pas "d'un mort qu'on lave", mais "d'un mode de l'Etre finissant qu'on accompagne dans l'Infini et l'Eternité".
- Les Admors sont libres de préparer leurs textes eux-mêmes en rapport les funérailles. Ils devront cependant être assez courts.

1/ Admor > L'Admor demande l'intervention du ou des Justes afin de procéder à la purification des corps.
2/ Juste > Le Juste se place à la gauche du corps et commence par nettoyer à partir de la tête jusqu'au pieds. La toilette se termine par le versement de l'Eau.
3/ Admor > Un texte est récité par l'Admor. Il annonce ensuite l'habillement du corps.
4/ Juste > La personne décédée est revêtue des habits blancs et délicatement déposée sur un lit de paille au fond du cercueil.
5/ Admor > Un texte est récité par l'Admor... Il annonce ensuite
6/ Juste > Une poignée de sable est jetée dans le cercueil.
7/ Admor > Un texte est récité par l'Admor...


VEILLEE ET LEVEE DU CORPS.

1/ L'Admor annonce une veillée du corps uniquement pour la nuit. La présence d'un Juste est nécessaire. Ce dernier veillera à ce que le corps ne soit pas touché. (Dans le rituel judaïque, il n'y a pas de veillée du corps... Bah, je suis ce principe...).

2/ Le lendemain, dès l'aube, l'Admor montre à toute l'assemblée des amis et des parents les rouleaux de la Vie de Daju et récite le nom des Sages les plus illustres jusqu'à prononcé le nom du Sage des Sages : "Spinoza".

3/ L'Admor donne les rouleaux de la Vie de Daju au Juste qui les place dans le cercueil.

4/ L'Admor annonce la fermeture du cercueil. Cette annonce est laissée à l'improvisation des Admors. La tradition veut que ce soit un Chant réveillant les consciences ponctué par le claironnement des Quérènes.
Le Quérène est une trompe fabriquée dans une corne de bélier qui remonte à l'antiquité. Son nom usuel est Shophar ou Shofar (j'ai repris une étymologie hébraïque disparue pour ne pas coller à l'Irl). Symboliquement, il est une alarme pour toutes les consciences (En Babylonie, le pouvoir interdisait son usage de crainte que la sonnerie n'indique un signal de révolte). Les cabbalistes insistent sur l’importance de ces sonneries auxquelles ils attribuent le pouvoir de substituer à la rigueur analytique du jugement l'intuition de la totalité immanente.

5/ L'Admor finit son Chant par une invocation au silence.

6/ Le cercueil est refermée par le service des Justes dans un silence total.


TRANSPORT ET INCINÉRATION OU ENTERREMENT (OU AUTRES).

7/ L'Admor annonce le transport du cercueil appelé la "pérégrination du feu".
71) Il se doit d'expliquer à toute l'assemblée présente comment il sera procédé : début de la pérégrination (directement sur le lieu présent ou bien rendez-vous à tel endroit), principe de la non procession, ne pas toucher ni le cercueil ni les Justes en charge du transport, principe de la méditation en marche (sur la personne décédée ou sur le destin du mode finissant), signification des sonneries, nom du lieu de l'incinération finale...
72) Il se doit d'expliquer le sens symbolique de la pérégrination du feu.

7/ Le service des Justes se chargent alors du transport jusqu'au lieu d'incinération.
Ils veilleront également au respect de l'ordre, de l'observance de la méditation et de la protection du convoi.

8/ Le ou les Admors entrent dans l'assemblée et le groupe escorte le cercueil en marquant des arrêts et en entourant le cercueil. Certains sonnent le Quérène, car selon la tradition, le messie Spinoza en sonnera lors de son passage de la Sagesse à la Sagesse des Sagesse. Le groupe observe le silence et la méditation (pensée en italique).

9/ Incinération : Le bucher.
- Les Tzadiks ont préparé un bucher d'un bois séché et préparé.
Le bois des buchers sera au préalable lavé et écorcé, puis trempé plusieurs mois dans un mélange léger d'huiles essentielles propre à rendre la combustion suffisante et à lever toute odeur nauséabonde.
- Le cercueil est posé sur le bucher puis recouvert entièrement de nouvelles buches.

9/ Enterrement : la fosse.
- Les Tzadiks ont préparé une fosse qu'ils ont "tapissé" de pétales de fleurs (ou bien de feuilles colorés).
- Le cercueil est enseveli dans la fosse. Une dalle est apposée avec une inscription "la mort est dans la vie".


INVOCATION /

"Tous les modes existants sont des étincelles crépitantes
leur nature est d’apparaître et de disparaître ;
ayant surgi ils s’évanouissent,
s'évanouissant d'autres surgissent ;
car le feu immanent de la puissance divine ne s'éteindra jamais..."


INVOCATION : chant d'éveil /

"Viens, nous entendrons, ce soir, la Chanson de l'éveil,
la chanson qui commence,quand s'achève, la vie,
le chant du rossignol ;

la chanson qu'on entend quand la page se tourne,
la chanson de l'eau vive
qui se repose, un moment, au reflet d'un rameau ;
la chanson de la branche
qui frissonne et qui danse
délivrée du poids de l'ignorance ;

la secrète chanson berçant l'ombre bleuâtre
du lis défaillant de promesse printanière,
qui attend, pour fleurir, un signe de l'azur.

Ce signe est arrivé, et te voilà éveillé,
Compagnon des plus sages, au sein de la connaissance.
"

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site