Pouvoir et puissance

Pouvoir et puissance.


Difficile d’expliquer aux esclaves la différence entre pouvoir et puissance d’un point de vue spinoziste …

Pour l’esclave, dire que ce que veulent les choses, c’est la puissance, signifie que chaque mode veut le pouvoir.

Or ça n’a rien à voir !

Le pouvoir est affaire de volonté, sans connotation de bon ou de mauvais : l’ambition peut être bonne ou non, cela ne s’implique pas d’emblée dans sa définition … Alors que la puissance, pour nous, est forcément bonne !

La puissance est cette part de Dieu en nous, cette étincelle de bon que nous devons maintenir, faire évoluer, développer en un brasier vivace. Elle est le feu variable dans son intensité, mais toujours présent, car sans puissance, sans conatus, il n’est rien !

La puissance n’est pas un pouvoir fini, un but. La puissance n’est pas ce qui est, ni ce qui sera.

La puissance est ce qui est en train de devenir, l’instant exceptionnel entre deux états illusoires. Car la puissance est toute en fluctuation, en variation.

Ce que veut le mode, c’est la puissance, c’est la variation, c’est l’évolution.

C’est la Vie !

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×